élections

Législatives 2017 : Nathalie Elimas “En Marche” sans jamais avoir marché

Nathalie Elimas en meeting de soutien à François Fillon
Partager cet article avec vos amis
  •  
  •  
  •  

Candidate aux élections législatives pour La République En Marche, Nathalie Elimas à toutes les chances de devenir députée le 18 juin 2017. Pourtant, l’annonce de sa candidature a fait couler beaucoup d’encre chez les militants d’En Marche, le parti qui la soutient. Comment en l’espace de 5 ans est-elle passée de 2,43% aux législatives de 2012 à favorite en 2017? Retour sur un parcours politique que certains qualifient “d’apparatchik”.

Âgée de 44 ans, mère de quatre enfants, Nathalie Elimas réside depuis quelques années à Margency. Elle habitait auparavant à Soisy-sous-Montmorency avec son conjoint : Yann Elimas, lui aussi très investi en politique à ses côtés. Il a tenté de prendre la tête du MoDem Val-d’Oise en 2014 mais a finalement été battu. Il a alors quitté le MoDem. Nathalie Elimas au contraire y est resté.

C’est en 2007 que Nathalie Elimas se lance en politique, en adhérant au Mouvement Démocrate suite à la campagne présidentielle de François Bayrou. Elle va aussitôt entrer dans le grand bain et se présenter à toutes les élections possibles : cantonales 2008 (aujourd’hui départementales), régionales 2010, législatives 2012, municipales 2014, européennes 2014, départementales 2015, régionales 2015, législatives 2017. Avec Nathalie Elimas, c’est l’assurance de la voir se présenter presque tous les ans à une élection!

 

2,43% aux législatives de 2012 et très critique contre Strehaiano

Lors de la précédente élection législative de juin 2012, Nathalie Elimas arriva en 7ème position au 1er tour avec un score de 2,43%. Elle n’aura eu de cesse de critiquer durant sa campagne son adversaire Luc Strehaiano. Ce dernier s’étant fait exclure de son parti, l’UMP, pour cause de dissidence face au député sortant François Scellier. Le maire de Soisy avait alors prétendu sur ses documents de campagne être le candidat de la droite “et du centre”. Ce qui fera bondir Nathalie Elimas, candidate MoDem représentant “Le Centre pour la France” avec François Bayrou.

Pour elle, le maire de Soisy est un “mauvais perdant, qui divise son propre camp”. Et de poursuivre : “Luc Strehaiano n’a jamais été du centre. Comme François Scellier il est un homme de l’UMP, soutien de la politique de Nicolas Sarkozy qui n’a cessé de se « droitiser ». (…) Non, Monsieur Strehaiano n’est pas un homme du centre. Non Monsieur Strehaiano n’est pas un homme de rassemblement. Monsieur Strehaiano est un candidat dissident et qui vient d’être définitivement exclu de l’UMP. La seule candidature du centre, c’est la mienne.

Après la réélection du député François Scellier, elle ira personnellement le féliciter le soir de sa victoire.

 

Elle soutient le maire de Soisy aux municipales de 2014 et devient adjointe au maire de Margency… grâce à l’UMP

Oui, vous avez bien lu, après avoir tant critiqué le maire de Soisy lors des élections législatives de 2012, voilà que Nathalie Elimas retourne sa veste et soutient soudainement le maire pour sa réélection lors des élections municipale de mars 2014. Il semble que finalement, Nathalie Elimas “partage ses valeurs et sa vision pour Soisy et les Soiséens”, c’est en ces termes qu’elle s’est en effet exprimé dans la presse et sur son blog à l’époque.

Mais pour mieux comprendre ce revirement, il convient de s’intéresser à la situation politique à Margency, sa nouvelle commune de résidence, ainsi qu’au MoDem 95 ou elle devient la porte-parole pour ces municipales. Nathalie Elimas veut s’implanter politiquement à Margency. Elle pousse à un maximum d’alliances entre l’UMP, l’UDI et le MoDem partout dans le département afin de faire des listes municipales communes de la droite et du centre. Mais rien ne se passe comme prévu à Margency. Le maire sortant ne se représente pas. La petite commune va pour la première fois de son existence organiser une élection au scrutin de liste. L’UDI refuse de soutenir le candidat UMP, Christian Renault. Alors que l’on aurait pu croire le MoDem plus proche idéologiquement de l’UDI, Nathalie Elimas va surprendre tout le monde en rejoignant la liste UMP dans l’espoir d’être élue. Cette stratégie s’avère payante, la liste UMP remporte l’élection et Nathalie Elimas devient adjointe au maire de Margency en charge de la communication. Elle doit ainsi son premier mandat électoral à l’UMP.

 

Candidate aux côtés de Luc Strehaiano en 2015 : 7 élections en 7 ans !

Les élections municipales à peine terminées, Nathalie Elimas a déjà les yeux rivés sur les futures échéances. Au printemps 2015, elle se présente comme suppléante aux côtés de la maire UMP de Montmorency, Michèle Berthy, et du maire UMP de Soisy, Luc Strehaiano, son ancien rival aux législatives devenu soudainement un ami politique. Le ticket remportera très largement l’élection.

Quelques mois plus tard, Nathalie Elimas se présente à sa 7ème élection en 7 ans à l’occasion des élections régionales. Elle figure en position éligible sur la liste de Valérie Pécresse (UMP) aux côtés de Jacqueline Eustache-Brinio, Maire UMP de Saint-Gratien. Elle devient ainsi conseillère régionale et cumul un deuxième mandat à son palmarès en un peu plus d’un an, et cela toujours grâce à l’UMP.

 

Fervente soutien de François Fillon pour l’élection présidentielle 2017

C’est le 15 juin 2016, à l’occasion d’un meeting départemental de François Fillon, que Nathalie Elimas lui affiche fièrement son soutien pour la campagne de la primaire de la droite et de la présidentielle 2017. Très rapidement, elle devient membre du collectif “Les Femmes avec Fillon” qui a pour porte-parole une certaine… Pénélope Fillon! Nathalie Elimas fera activement campagne pour le candidat LR en se rendant régulièrement à ses meetings et en étant très active sur les réseaux sociaux. Sur twitter, elle diffusera quotidiennement des tweets de soutien à son candidat.

Puis arriva la fameuse affaire dite Pénélope Gate à la fin janvier 2017. A cette date, Nathalie Elimas soutient encore François Fillon. Dans un organigramme publié le 2 février 2017 par seance-publique.com elle figure même au Pôle projet du candidat LR au thème Éducation. Ce ne sera qu’en mars 2017 qu’elle publiera un communiqué de presse annonçant la fin de son soutien à François Fillon. A ce moment, ce dernier semble alors définitivement disqualifié pour le second tour de la présidentielle dans tous les sondages. Après cet épisode, Nathalie Elimas ne va pas pour autant soutenir, ni faire campagne pour Emmanuel Macron, comme a pu le faire un mois plus tôt son mentor François Bayrou. Non, elle va se muer dans un long silence et laisser passer tranquillement l’élection présidentielle.

 

Des tweets contre Macron, qui serait “le candidat du système

Alors qu’elle soutenait François Fillon, Nathalie Elimas n’a pas hésité à tweeter ou retweeter des statuts visant directement le concurrent Emmanuel Macron. Ce dernier va être dépeint comme “le candidat du système” faisant partie d’une “génération de politiques dont on ne veut plus”. Un candidat qui est selon ces tweets : “méprisant”,sans vision”, “pas crédible” ou encore “le plus usé” des candidats, tout le contraire de “ce qu’attendent les français” selon elle. Une grande visionnaire.

 

Candidate “En Marche” sans avoir fait la campagne de Macron

A la mi-mai 2017, les candidatures de la majorité présidentielle d’Emmanuel Macron sont enfin dévoilées. Dans notre circonscription, la 6ème du Val-d’Oise, près de 30 candidats se sont présentés dans l’espoir de porter les couleurs de leur nouveau parti politique. Ils ont tous fait campagne pour le candidat Macron lors de la présidentielle et croient au renouveau du personnel politique, au changement des pratiques. Avec l’élection d’Emmanuel Macron, la politique à l’ancienne, ce sera enfin terminé!

Mais en coulisse, des tractations et jeux d’appareils sont en cours à l’abri des regards. François Bayrou grogne, il souhaite plus de candidats MoDem investis par La République En Marche (LREM) partout en France. Il obtient gain de cause. Nathalie Elimas profite de l’occasion pour réclamer l’investiture dans la 6ème circonscription. Elle obtient rapidement gain de cause et devient officiellement la candidate d’Emmanuel Macron, pour sa 8ème élection en 9 ans, et cela sans même avoir fait sa campagne présidentielle. Mieux, elle aura fait celle de son concurrent : François Fillon. Il s’agit du hold-up du siècle pour nombre de militants En Marche locaux.

 

Des militants locaux qui refusent de faire sa campagne

En réaction à cette désignation issue de jeux d’appareil, une large partie des adhérents d’En Marche et de ceux du MoDem  dans la circonscription refusent catégoriquement de faire sa campagne. Au point que le représentant local d’En Marche pour Enghien/Saint-Gratien publiera un communiqué de presse annonçant sa démission du parti et des fonctions qu’il y occupait. Il est rejoint par 85 autres marcheurs locaux.

Au MoDem 95, Nathalie Elimas n’a pas non plus des amis, dans sa course effrénée aux candidatures multiples, elle s’est attirée les foudres de nombreux militants. En réaction à son investiture aux législatives 2017, Patrick Morcello, conseiller municipal de Pontoise, annonce sa démission du bureau départemental du MoDem 95. Il dénonce l’attitude de son parti qui a refusé d’exclure Nathalie Elimas pour avoir fait la campagne de François Fillon et non celle d’Emmanuel Macron. “C’est une magouille politicienne absolue et, pour un partisan de la moralisation de la vie publique comme François Bayrou, vraiment pas très moral”, estime-t-il. D’après lui, le MoDem étant obnubilé par son nombre d’investitures aux législatives, il n’aurait pas prêté attention aux passifs de ses candidats : “ils ont dû fournir des noms à En Marche le plus vite possible, quitte à se retrouver avec des personnalités comme Nathalie Elimas”.

“Les Républicains” locaux essayent tant bien que mal de profiter de cette division, à l’image de la maire de Saint-Gratien, Jacqueline Eustache-Brinio : fervente soutien de Luc Strehaiano, qui rédige régulièrement des statuts anti Elimas sur son profil facebook. Oubliant que leur candidat est, lui aussi, très loin d’être blanc comme neige.

On pensait ne pas pouvoir faire pire que les législatives de 2012 avec la guerre fratricide entre Luc Strehaiano et François Scellier. Mais 2017 nous aura démontrée l’inverse. Que l’on ne s’y trompe pas, la grande gagnante de cette élection risque, une nouvelle fois, d’être l’abstention.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Les dimanches 11 et 18 juin 2017 se dérouleront les élections législatives dans la 6ème circonscription dont fait partie Soisy-sous-Montmorency. Retrouvez dès le 12 juin sur LeSoiseen.info, l’ensemble des résultats du 1er tour  bureau par bureau à Soisy et dans le reste de la circonscription.

Commentaires

Commentaires

Omar Bekare
Me suivre

Omar Bekare

Rédacteur en chef chez LeSoiseen.info
Soiséen depuis 29 ans, je me suis toujours intéressé à la vie municipale. Citoyen vigilant, membre de l'association ANTICOR, je suis à l'origine du dépôt de plainte de l'Association de Défense des Contribuables de Soisy qui vise Luc Strehaiano. Lassé de recevoir la propagande municipale, j'ai décidé de créer LeSoiseen.info, un nouveau média libre et indépendant pour vous apporter une réelle source d'informations à Soisy.
Omar Bekare
Me suivre
Marre de lire la propagande municipale? LeSoiseen.info est votre nouvelle source d'informations locales, totalement libre et indépendante à Soisy-sous-Montmorency.

Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Pour exercer ce droit, envoyez nous un mail via la barre d'accueil.

Copyright © 2017 LeSoiseen.info - Site déclaré à la CNIL.

Début