Justice

Frais du maire de Soisy : quand Luc Strehaiano utilise l’argent public à des fins privées

Luc Strehaiano est visé par une plainte pour soupçons de détournements de fonds publics liés à ses frais de mandat
Partager cet article avec vos amis
  •  
  •  
  •  

C’est une nouvelle enquête exclusive LeSoiseen.info dont ce serait bien passé Luc Strehaiano, Maire de Soisy-sous-Montmorency. Après consultation de son carnet de notes de frais pour les années 2015 à 2019, nous avons découvert l’existence de dépenses totalement étrangères à son mandat de Maire. Monsieur Strehaiano utilise ainsi un compte bancaire, destiné normalement à ses frais de mandat, pour réaliser des dépenses privées telles que des cadeaux de mariage pour des amis, des voyages et repas avec sa femme, l’entretien de sa voiture personnelle, coiffeur, épilation des oreilles, versement d’argent lors de messes à l’église, pressing ou encore de nombreux achats de vêtements et cela jusqu’aux… Etats-Unis ! Nous avons constaté le mauvais mélange des genres dans l’utilisation du compte frais de représentation du bancaire du Maire. Ces nouvelles pièces ont été transmises à la Police Judiciaire de Versailles dans le cadre de son enquête préliminaire faisant suite à une plainte de l’Association de Défense des Contribuables de Soisy pour corruption et visant notamment le Maire de Soisy. Nous vous proposons de découvrir les bonnes feuilles de ce nouveau scandale signé Luc Strehaiano lui même.

Vous avez été nombreuses et nombreux à lire et partager notre article du 15 mars 2019 sur les folles dépenses du Maire, d’élus et de cadres de la mairie de Soisy. Article qui n’a clairement pas plu à Monsieur Strehaiano. Et c’est non sans difficultés que nous avons consulté, dès le 18 juin 2019, le carnet de notes de frais du Maire et ses factures associées. Par délibération du 25 juin 2015, le Conseil municipal de Soisy a adopté la création d’un compte “frais de représentation du Maire”. Celui-ci est destiné à couvrir les dépenses engagées par Monsieur Strehaiano, et lui seul, à l’occasion de l’exercice de ses fonctions et dans l’intérêt des affaires de la commune. L’ouverture de ce compte n’est pas un droit ou une obligation, mais une simple possibilité offerte aux communes. Le Maire disposant déjà d’une indemnité mensuelle de fonction ayant justement pour objectif de supporter les divers frais engagés par l’élu. Il s’agit donc d’une forme de doublon. Disposant de 500 euros par mois, soit 6000 euros par an dans ce compte alloué à ses frais, le Maire doit noter dans un carnet tout le détail de ses dépenses, les justifier et les accompagner des reçus et divers tickets. La loi et la jurisprudence précisent que l’utilisation de ce compte “ne peut excéder les frais auxquels elle doit correspondre, et qu’elle ne peut, en toute hypothèse, constituer un traitement déguisé” à destination d’un Maire. Ainsi, toute dépense étrangère à la mission de Maire pourra être qualifiée de détournement de fonds publics et l’élu poursuivi pour ces dépenses illégales. C’est ce qui est aujourd’hui reproché à Luc Strehaiano et qui fait l’objet d’une enquête judiciaire en cours le concernant.

Pour consulter l’intégralité du carnet de notes de frais du Maire pour la période d’août 2015 à juin 2019, il vous suffit de cliquer ICI.

Le carnet de notes de frais du Maire de Soisy pour la période 2015 à 2019

Bâtons dans les roues et 7 mois d’attente pour consulter le carnet du Maire

La transparence n’est clairement pas une qualité du Maire de Soisy. Le 5 décembre 2018, nous lui avons demandé par courriel de bien vouloir mettre à notre disposition son carnet de notes de frais et ses justificatifs de 2015 à aujourd’hui afin de pouvoir le consulter. Le 17 décembre 2018, il nous refuse notre requête, allant même jusqu’à parler d’une demande “abusive”. Celui qui clame, à qui veut bien l’entendre, qu’il n’a rien à cacher, est visiblement à la peine lorsqu’il s’agit de joindre les discours aux actes. Il nous a donc fallu saisir une nouvelle fois la Commission nationale d’Accès aux Documents Administratives, comme en 2014, pour connaître son avis et espérer consulter les documents demandés. Par une décision du 17 mai 2019 (n°20186240), la CADA nous donne raison et ordonne au Maire de Soisy de nous communiquer les fameux documents.

Mais parce que les choses ne sont jamais simples avec Monsieur le Maire de Soisy, lorsque nous avons enfin pu consulter son carnet de notes de frais le 18 juin 2019, après sept mois d’attente, il nous a été signifié que nous avions interdiction de le prendre en photo avec un téléphone portable, de sorte de rendre difficile toute diffusion publique de ce document. Finalement, après lui avoir rappelé la loi, Monsieur Strehaiano n’a eu d’autres choix que de nous autoriser à photographier son carnet de notes de frais.

Absents, à notre grande surprise, des pièces accompagnants son carnet, les relevés mensuels bancaires du compte frais de représentation ont fait l’objet d’une demande complémentaire de notre part, le 18 juin 2019 afin notamment de pouvoir vérifier si toutes les dépenses du Maire étaient bien listées dans son carnet. Malheureusement, le 17 juillet 2019, il nous indique qu’il refuse de nous communiquer ses relevés bancaires mensuels du compte de frais de mandat, pourtant parfaitement et rapidement communicables depuis son espace bancaire en ligne. Monsieur Strehaiano évoque alors à nouveau une demande qui serait selon lui “abusive” et il ajoute cette fois qu’il s’agirait même d’un “harcèlement” de notre part à son égard. La volonté de transparence et de justification de l’argent public par nos politiques, plus que jamais rendue nécessaire en pleine affaire De Rugy, serait donc, selon le Maire de Soisy du “harcèlement”. Traduction : circulez il n’y a rien à voir, je n’ai pas de compte à rendre ni à vous ni aux Soiséens. Que de bâtons dans les roues de la part d’un élu qui soutient pourtant n’avoir “rien à cacher”.

Luc Strehaiano avec à sa droite Madame Célia Jacquet-Fournier, sa suppléante aux élections législatives de juin 2017 pour qui il a dépensé 100 euros le 29 avril 2018 dans le cadre de son mariage

Des cadeaux de mariage pour des adjoints et proches du Maire avec l’argent des Soiséens

En octobre 2015, le 1er adjoint au Maire de Soisy, Monsieur Christian Thévenot, organisait ses 50 ans de mariage. Jusqu’ici tout va bien. La ou les choses se compliquent c’est lorsque l’on découvre dans le carnet de notes de frais du Maire que ce dernier a offert, le 5 octobre 2015, un cadeau à cette occasion à son 1er adjoint par l’intermédiaire d’un chèque de 150 euros. Aucune pièce justificative ne vient accompagner ce chèque, de sorte que nous ne savons pas si cette somme a directement été versée à Monsieur Thévenot ou si cela a été utilisé pour l’achat d’un cadeau spécifique. Une dépense qui n’a strictement rien à voir avec des dépenses de frais de mandat et qui est une dépense personnelle destinée, certes à un adjoint, mais surtout à un ami de longue date de Monsieur Strehaiano. Les deux hommes se connaissent en effet depuis, au minimum, 1983, date à laquelle ils ont commencé à siéger ensemble dans la même majorité municipale au Conseil municipal de Soisy-sous-Montmorency.

Comme si cela ne suffisait pas, nous tombons ensuite sur une autre dépense de mariage en date du 1er octobre 2016, un chèque de 200 euros pour le mariage d’une certaine “P. Surie“. Après de rapides recherches, nous avons découvert qu’il s’agissait en fait de la fille de Monsieur Alain Surie, 3ème adjoint au Maire de Soisy en charge de l’action sociale et l’emploi, et qui s’est mariée en octobre 2016. La encore, aucun justificatif n’est joint et on ne sait donc pas si l’argent a directement été versé sur le compte personnel de Madame Surie ou si cela a servi à l’achat d’un cadeau précis. Dans tous les cas, cette dépense personnelle n’avait pas a être réglée avec l’argent du contribuable.

Et parce que jamais deux sans trois, le 29 avril 2018, le Maire de Soisy a payé 100 euros par carte bancaire pour le mariage d’une certaine Célia Jacquet. Il s’agit en fait de Madame Célia Jacquet-Fournier, sa suppléante lors des élections législatives de juin 2017, élections que Monsieur Strehaiano avait perdu comme en 2012. Elle est également 3ème adjointe au Maire de Sannois en charge de la famille, la santé, le handicap et l’accessibilité. Encore une fois, aucun justificatif ne vient accompagner ce paiement de 100 euros, alors que c’est une obligation légale.

Le véhicule personnel de Luc Strehaiano, une peugeot 407, garé de manière illégale à moins de 5 mètres du passage piéton de l’école des sources à Soisy pendant une réunion publique de quartier qu’il organisait le 16 novembre 2018

La voiture personnelle du Maire est entretenue par les contribuables

Il l’a toujours crié sur tous les toits, NON il n’a pas de voiture de fonction. Lors des élections municipales de mars 2014, Luc Strehaiano et sa liste “Soisy Avenir’” promettaient dans leur dernier document de campagne que : “pas un centime n’est dépensé pour les déplacements du Maire qui, depuis toujours, utilise une voiture qui lui appartient et règle personnellement ses notes d’hôtel et de restaurant“. Il ira même jusqu’à affirmer en conseil municipal du 7 mai 2015 qu’il “prend en charge ses déplacements (…) avec sa voiture“.

C’est donc avec beaucoup d’étonnement que nous sommes tombé sur des dépenses d’entretien d’un véhicule dans le carnet de notes de frais du Maire, près de 1464,12€ entre mars 2016 et juin 2018 pour la Peugeot 407 de Monsieur Strehaiano, sa voiture personnelle, ce dernier affirmant ne pas avoir de voiture de fonction. Dans le détail, le Maire a utilisé son compte de représentation pour payer : le changement des 4 pneus de sa voiture le 17 mars 2016 pour 657,60€, l’achat de 2 essuie-glaces le 7 mai 2016, la révision de son véhicule le 6 octobre 2016, le remplacement de sa plaque d’immatriculation le 1er décembre 2016, l’achat d’un tapis de voiture “en velour” le 31 janvier 2017 à 52,45€ ou encore le changement du rétroviseur droit, toujours de sa Peugeot 407, pour la somme de 610,93€.

A cela s’ajoute un autre véhicule cité dans le carnet du Maire, et cela sur une courte période. Il est en effet indiqué le remplacement de la batterie d’une Citroën C6, pour 131,04€, le 5 février 2018. Le nom d’un certain Monsieur Poisson est cité à cette occasion : “remplacement batterie véhicule C6 fournie par Monsieur Poisson”. Une seconde facture pour une C6 est présente et concerne la réparation de joints d’une des portières du véhicule, en date du 6 février 2018.

Si l’on peut comprendre qu’un déplacement professionnel d’un Maire, justifié dans le cadre de son mandat, puisse bénéficier du remboursement du coût de carburant du véhicule. Il n’est cependant pas légal d’entretenir son véhicule personnel (Peugeot 407) aux frais de la commune via son compte de représentation. Il s’agit de dépenses purement personnelles.

Voyages, repas et spectacle pour Monsieur… et Madame Strehaiano !

Nous avons révélé le 15 mars 2019 que Madame Strehaiano avait bénéficié en 2017, tout comme Monsieur Strehaiano, d’un agréable séjour à Hendaye qui a coûté, déplacement compris, un total de 757 euros aux contribuables Soiséens. La consultation des autres années du carnet de notes de frais du Maire nous a permis de constater qu’une autre dépense similaire avait été engagée via le compte “frais de représentation”. Un séjour avec excursion en Bretagne a ainsi été payé, pour la période du 15 au 17 avril 2016, à l’attention ded Monsieur et Madame Strehaiano et a coûté au total de 536€ à la commune. Non seulement le Maire n’avait pas a faire supporter ces séjours par les contribuables, mais sa femme était encore moins amenée à pouvoir en bénéficier gracieusement. Mais Madame Strehaiano ne profite pas seulement de séjours, non, son nom apparaît également dans d’autres dépenses effectuées par son mari.

Monsieur le Maire s’est rendu plus d’une vingtaine de fois à des concerts, spectacles et expositions dans plusieurs villes de l’agglomération. Si il peut tout à fait se rendre à titre privé à ces événements locaux, ces dépenses ne sont pas pour autant indispensables à son mandat de Maire et il aurait dû normalement les prendre à sa charge  et non par les Soiséens. A l’occasion de ces sorties, il y est souvent accompagné d’une deuxième personne, voire parfois d’une troisième, dont la place est payée avec son compte de frais, mais dont l’identité n’est que rarement révélée dans son carnet, ce qui n’est pas normal. Sauf le 16 avril 2016, à l’occasion de la pièce de théâtre de l’association “Les 3 coups”, nous avons pu découvrir dans le carnet de notes de frais du Maire que ce dernier a payé sa place et celle de sa femme de l’époque, Madame Emmanuelle Robert Strehaiano, avec son compte de frais de représentation.

Madame Strehaiano a également profité de dépenses de repas. Chaque année, la ville organise la Semaine Bleue pour les personnes âgées de Soisy. Une semaine ou se déroule plusieurs événements pour les aînés de la ville dont un repas de clôture en fin de semaine. A cette occasion, les élus du Conseil municipal sont invités à y participer et à régler personnellement leur place. Une décision du Maire vient nous rappeler que “les élus participent aux frais du banquet“. Le tarif est fixé à 32 euros le repas pour le Maire, les adjoints et leurs conjoints, et à 16 euros pour les autres conseillers municipaux et conjoints. Le Maire et sa majorité ont toujours soutenu payer avec leur propre argent le coût de ce repas. Quelle ne fût donc pas notre surprise en découvrant que Monsieur Strehaiano paie depuis 2015 sa place au repas des aînés avec son compte de frais de mandat. Et qu’en plus de cela, en 2015, 2016 et 2017, le repas de sa femme de l’époque, Madame Emmanuelle Robert Strehaiano, était également pris en charge par la ville.

Luc Strehaiano et sa femme de l’époque à sa gauche, en noir avec des lunettes, Madame Emmanuelle Robert Strehaiano, lors du repas annuel des aînés de Soisy en octobre 2017

Faites ce que je dis mais pas ce que je fais

Voir Monsieur Strehaiano se faire payer sa place au repas annuel des aînés, comme celle de sa femme, aux frais des contribuables est surtout contradictoire avec de précédentes affirmations. En effet, le Maire de Soisy et sa majorité ont reproché, dans un passé récent, à des élus de l’opposition de se faire payer leur place à ce même repas annuel par l’intermédiaire de la section locale de leur parti politique. Parti dont l’argent provient essentiellement des cotisations individuelles de leurs adhérents, comme toute association. On peut citer notamment Madame Christiane Lardaud, 2ème adjointe au Maire de Soisy en charge de la Culture qui, en Commission des finances du 11 juin 2015, criait à l’attention de Madame Laura Bérot, conseillère municipale de l’opposition : “Au repas des anciens, c’est votre parti qui paie. C’est pas normal ça (…) Tout le monde participe avec son propre argent [les élus du Conseil municipal] et vous c’est votre parti qui paie (…) C’est lamentable, c’est insupportable !“. Madame Bérot avait alors répondu que les élus de l’opposition n’avaient pas d’indemnités de fonction mensuelles contrairement au Maire, aux adjoints et conseillers municipaux délégués et qu’ils étaient à l’inverse des élus bénévoles.

Il serait intéressant de recueillir aujourd’hui l’avis de Madame Lardaud quant à nos révélations et à l’attitude de Monsieur Strehaiano dont on découvre qu’il a fait régler depuis 2015 le coût de son repas des aînés, tout comme celui de sa femme en 2015-2016-2017, non pas avec son argent personnel ou celui de son parti politique, NON, mais directement avec celui des Soiséens. Le trouve-t-elle tout aussi “insupportable” ? Il est dommage que Madame Lardaud ne se soit pas non plus justifiée devant les Soiséens suite aux différents repas que nous avons pu découvrir la concernant, dans notre précédente enquête du 15 mars 2019, et dont le plafond légal de remboursement (15,25€ le repas par personne) était largement explosé. N’est-ce pas “lamentable”, pour reprendre ses propos ?

Quand le compte bancaire de frais du Maire lui sert en “dépannage” pendant ses vacances d’été

Le carnet de notes de frais du Maire fait également apparaître que des déplacements, notamment des péages et un paiement de carburant ont été réalisés en juillet et août 2016. 178 euros ont été payés à cette occasion pour “dépanner” le Maire, c’est ce qui est écrit noir sur blanc dans son carnet, dont le gazole pour son véhicule personnel réglé dans une station de sa région natale près de Collioure (66). Si cette somme de 178 euros a été remboursée quelques mois après ce “dépannage”, elle est symptomatique du mélange des genres dans l’utilisation de ce compte bancaire censé être destiné exclusivement aux frais de représentation du Maire mais dont on voit que des dépenses privées y sont présentes. Monsieur le Maire confond visiblement compte bancaire de frais de mandat et compte bancaire du citoyen Strehaiano.

D’autres dépenses de déplacements étranges ont été constatées dans le carnet du Maire. Le 12 septembre 2015, Monsieur Strehaiano s’est par exemple fait payer, par les contribuables, le coût des péages pour un aller/retour entre Soisy et Le Touquet afin de se rendre à l’Université d’été de son parti politique “Les Républicains“. De même, le 3 mai 2018, on découvre l’achat d’un billet de train première classe pour Stuttgart / Paris, sans aucune justification sur la raison de cet achat. Enfin les 7 et 8 juin 2018, figurent des dépenses de péages cette fois entre Soisy et Saumur, aller/retour, toujours sans justifier la raison de ce déplacement alors qu’il en a l’obligation dès lors qu’il utilise son compte frais de représentation du Maire pour effectuer ces dépenses.

Le restaurant “Charles Barrier” à Tours qui a accueilli Luc Strehaiano et un convive le 6 octobre 2015 pour la somme de 283 euros, soit 141,50 par personne

Plus de 80 déjeuners et dîners, rarement justifiés, dont certains vont jusqu’à 141,50 euros le repas par personne et 700 euros de coût de total

Nous avions révélé dans notre précédente enquête du 15 mars 2019, l’existence de frais de repas concernant le Maire, d’adjoints ou encore de cadres de la mairie de Soisy, notamment avant la période de 2015. En consultant le carnet de notes de frais du Maire pour la période d’août 2015 à juin 2019, nous avons constaté la présence de plus de 80 déjeuners et dîners. Si le Maire peut tout à fait utiliser son compte frais de mandat pour des repas, cela doit cependant être pleinement justifié, les montants être raisonnables, et la prise en charge des frais être effectuée pour le compte du Maire, et lui seul. C’est pourtant rarement ce qui ressort des différentes pièces consultées. Si la plupart du temps, les noms des convives y sont indiqués, cela n’est malheureusement pas systématique, la raison de la tenue des repas n’est elle que trop rarement précisée. Or c’est la condition même pour permettre la prise en charge de cette dépense par ses frais de représentation. Précisons aussi que même les pourboires aux différents repas organisés par le Maire de Soisy sont eux aussi payés en liquide via son compte frais de représentation, et non de sa poche. Des sommes versées en espèces dont la réalité et la traçabilité sont par nature invérifiables.

Parmi les rares repas “justifiés” figurants dans le carnet, il y a celui avec son ancien adjoint aux finances lors du mandat 2008/2014, Monsieur Daniel Lebègue. Un agréable déjeuner à 237 euros à deux à Hérouville-en-Vexin (non loin d’Auvers-sur-Oise). La raison évoquée dans le carnet est “un tour d’horizon financier de Soisy“. Pourquoi aller aussi loin lorsque l’on peut organiser directement une réunion de travail en mairie de Soisy ou accueillir son ami, ancien membre de sa majorité municipale, chez soi ? Ce repas pose également une autre question. Monsieur Christian Dachez, actuel conseiller municipal délégué au budget et aux finances, qui touche une indemnité de fonction mensuelle, ne donnerait-il donc pas pleine satisfaction à Monsieur le Maire pour justifier une rencontre avec son ex adjoint aux finances ?

Les divers repas constatés dans le carnet du Maire affichent des montants conséquents qui sont très loin de se limiter aux classiques menus du midi : “entrée/plat” ou “plat/dessert” proposés à prix réduits. Le 6 octobre 2015, un repas a battu tous les records de l’indécence. A cette occasion, Monsieur Strehaiano a pu déjeuner avec un invité, dont le nom n’est pas indiqué sur son carnet, dans l’ex restaurant étoilé “Charles Barrier” situé à Tours. Au total, les deux convives, dont le Maire, ont dépensé la somme de 283 euros, soit 141,50 euros par personne. Au menu : araignée de mer (30€), langoustines royales (35€), pied de cochon (2×39€), corolles aux chocolats (16€) ou encore trilogie de sorbets (13€). Et pour accompagner tout cela, un bon vin de Bourgogne : beaune 1er cru. Qu’on se le dise, quand Monsieur Strehaiano va au restaurant, aux frais des contribuables, et qu’il vous invite, c’est votre jour de chance. Soyez-en sur, vous pourrez vous faire plaisir car Monsieur ne compte visiblement pas trop lorsqu’il s’agit d’argent public. Dans tous les repas du Maire, le record total pour un seul déjeuner est de 700 euros, le dimanche 24 septembre 2017 à Cergy Pontoise, pour 25 membres de l’équipe municipale le jour ou ils sont allés voter aux élections sénatoriales, aucun rapport donc avec des frais de représentation indispensables au Maire.

Les Galeries Lafayette à Paris. Monsieur Strehaiano y a acheté une “sur veste” à 450 euros le 12 novembre 2016 avec son compte bancaire de frais de mandat

Près de 4600 euros d’achats de vêtements et de pressing dont une veste à 450€ aux Galeries Lafayette

Le 15 mars dernier, nous vous avions révélé que Luc Strehaiano avait dépensé près de 1500 euros d’achats de vêtements en 2017. En consultant les autres années de son carnet de notes de frais, nous avons pu constater que le montant total des achats de vêtements, auquel s’ajoutent des dépenses régulières de pressing et de retouches, avoisine les 4600 euros. C’est simple, il peut consacrer jusqu’à 1/4 de son budget annuel de frais de représentation à des achats de vêtements, achats qui devraient pourtant être réalisés avec son argent personnel. Parmi les vêtements achetés on peut citer : costumes, pantalons, chemises, cravates, blouson, blazer, ceintures, et même un sweat de la marque Abercrombie & Fitch. Le record pour l’achat d’un seul vêtement revient à une “sur veste” achetée le 12 novembre 2016 aux Galeries Lafayette à Paris pour la coquette somme de… 450 euros l’unité ! Pourquoi se gêner. Enfin, dans un des tickets daté du 26 septembre 2015 pour l’achat d’une paire de chaussure de ville de “qualité standard” à 118€, nous avons constaté la présence du nom de sa femme de l’époque, Madame Emmanuelle Robert Strehaiano, dans la partie référence “client”. Pourquoi ce nom figurerait-il sur le ticket ? Mystère.

790,70 euros de whisky lors de réunions “apéritif du samedi” avec les adjoints

A la lecture du carnet de notes de frais du Maire, nous avons découvert une habitude prise par le Maire et ses adjoints jusqu’ici méconnue du grand public. Ces derniers organisent en effet certains samedis ce qu’ils appellent “l’apéritif des adjoints” ou encore “l’apéritif du samedi“, des sortes de réunions de travail informelles entre une poignée d’élus de la majorité. Dans le cadre de ces réunions “de travail” improvisées, le Maire achète régulièrement une bouteille de whisky pour accompagner la rencontre. Nous avons comptabilisé au total 18 bouteilles achetées, avec une concentration durant certains mois, comme en mars 2018 avec 4 samedis (les 3, 10, 24 et 31) ou des réunions avec whisky ont été organisées.

Rappelons que l’article R4228-20 du Code du travail dit que “aucune boisson alcoolisée autre que le vin, la bière, le cidre et le poiré n’est autorisée sur le lieu de travail“. La mairie de Soisy étant naturellement considérée comme un lieu de travail. Le whisky est parmi l’un des alcools les plus forts au monde. Il est donc logique qu’il ne puisse pas être servi dans un cadre professionnel. Si le Maire et ses adjoints ont tout à fait le droit d’en consommer à titre privé, il est en revanche peu compréhensible d’acheter par l’intermédiaire des frais de représentation du Maire de telles bouteilles d’alcools, et surtout de les servir dans des réunions entre membres de l’équipe municipale. Quelle crédibilité accorder à des élus municipaux qui boivent du whisky pendant leurs “réunions” ? Aucune.

Luc Strehaiano a payé en septembre 2018 une séance d’épilation des oreilles avec son compte frais de représentation du Maire

Même le coiffeur, le calendrier des pompiers, les tickets pour nager à La Vague, son adhésion à la “société des membres de la Légion d’honneur” ou encore sa séance d’épilation des oreilles sont payés par les Soiséens

On dénombre au total plus de 19 passages chez le coiffeur pour Monsieur Strehaiano, jusqu’à deux fois par mois à certaines périodes. Si il est tout à fait normal qu’il puisse se rendre chez le coiffeur, cela doit cependant se faire avec son propre argent, comme tout le monde. Or, ce n’est pas le cas. Aucune de ces dépenses de coiffeur, en espèces, n’est accompagnée d’un ticket prouvant qu’il s’est bien rendu 19 fois se payer une nouvelle coupe de cheveux. C’est assez problématique. Le règlement en espèces de dépenses de frais du Maire, et encore plus lorsqu’il n’est joint aucun pièce justificative alors qu’il en a l’obligation, pose naturellement un problème de traçabilité des dépenses et laisse la porte ouverte à toutes les interprétations possibles.

D’autres dépenses personnelles, que n’importe quel Soiséen aurait à faire supporter sur ses propres deniers, apparaissent dans le carnet du Maire et ont donc été payées par la ville. On peut citer par exemple des adhésions à des associations locales que le Maire fait passer par ses frais de représentation, ou encore à une confrérie à dimension cultuelle et religieuse, celle des Talmeliers du bon pain. Mais aussi son adhésion à la “Société des membres de la Légion d’honneur“, car oui Monsieur Strehaiano fait partie de la promotion 2017. Il a été décoré le 13 juillet 2007 au grade de Chevalier de la Légion d’honneur par le Président Nicolas Sarkozy, quelques semaines après son accession à l’Élysée. Monsieur Sarkozy, dont le Maire de Soisy avait fait en 2007 la campagne en tant que coordonnateur départemental pour le Val-d’Oise. En consultant le site de la Légion d’honneur, on apprend que parmi les deux critères d’attribution du précieux sésame figure celui de la “bonne moralité” et “l’honorabilité” de la personne désignée. Décidément, de nos jours, on donne vraiment la Légion d’honneur à n’importe qui !

Mais revenons à nos moutons. Dans le carnet de notes de frais du Maire, on découvre aussi que Monsieur Strehaiano règle le calendrier des pompiers, les 7 novembre 2015 (50€) et 9 décembre 2017 (20€), avec l’argent public. Des achats de fleurs sont également effectués avec son compte de frais, sans justification, à l’attention de Soiséennes comme par exemple pour une certaine Madame Lacombe le 17 février 2016 (35,99€). Précisons que Monsieur Philippe Lacombe est un ancien conseiller municipal d’opposition de Soisy (1989-2008) affilié au Front National puis au MNR de Bruno Mégret. Lorsque le Maire assiste à des messes à l’église pour les obsèques de connaissances ou d’amis décédés, cela est payé en liquide via son compte de frais du Maire et non de sa poche. Les défunts apprécieront le geste… Nous avons également constaté deux dépenses de 100€ de “participation” au prix de l’Atlantique, une course annuelle organisée au champ de courses d’Enghien-Soisy, les 23 avril 2016 et 22 avril 2017. Aussi un “achat coupe vent ordinaire“, c’est ce qui est écrit par le Maire dans son carnet, pour la somme de 61€ , le 7 mai 2016. Mais lorsque l’on découvre le reçu bancaire de cette dépense de 61€, on s’aperçoit que l’achat a été effectué dans le magasin “Fière Allure” en face de la mairie de Soisy, magasin qui est spécialisé en produits… d’équitation ! Mais quel est donc le rapport avec son mandat de Maire ?

Comme si cela ne suffisait pas, nous avons découvert dans le carnet de frais un reçu daté du 5 octobre 2018 pour l’achat de 10 tickets adultes afin d’aller nager à la piscine intercommunale de La Vague avec comme nom d’abonné figurant sur le reçu : Luc Strehaiano. De même, dans le carnet de frais y figurent des achats de chargeurs et câbles de raccordement pour iPḧone, effectués les 20 août 2017 et 10 avril 2019. Un cadeau pour le “Père Pierre”, hospitalisé le 29 juillet 2017. De l’argent versé à l’occasion de la messe du dimanche 2 avril 2017 à la mémoire de Georges Pompidou avec les frais de mandat. Et même la prise en charge par la ville d’une séance d’épilation des oreilles pour Monsieur Strehaiano, en septembre 2018, à l’institut “Mademoiselle” situé à Soisy-sous-Montmorency. Une dépense sans doute indispensable pour assurer sa fonction de Maire, n’est-ce pas ?

A la fin du carnet de notes de frais du Maire, nous sommes tombés sur une série de tickets et divers reçus concernant des dépenses que Monsieur Strehaiano n’a pas encore répertoriées dans les différentes pages de son carnet. Citons par exemple un achat de 277,20€ effectué le 23 février 2019 au magasin “Entre cadre et carton“, situé en face de la mairie, spécialisé dans l’encadrement. Aucune justification apportée pour cette dépense. Dans le même temps, nous constatons qu’il manque les numéros de chèques prouvant que les surplus de fin d’années, non dépensés sur les 6000€ alloués au Maire, ont bien été remboursés au Trésor Public afin de redémarrer à zéro l’année suivante. Au vu des factures figurants en fin de carnet et non comptabilisés dans les différentes pages mensuelles, nous nous interrogeons donc. Et cela particulièrement concernant l’année 2018 puisque dans ses écrits Monsieur Strehaiano indique avoir fini l’année avec 5553,58 euros de dépenses au 31 décembre sur les 6000€ initialement alloués. Or, le total des tickets annexes pour 2018, non comptabilisés dans les différentes pages, atteignent au total plus de 1100 euros de dépenses, ce qui ne peut que provoquer le dépassement du budget annuel de 6000€ pour l’année 2018. La question est donc de savoir si Monsieur a-t-il oui ou non bien remboursé les surplus annuels des années précédentes comme il en a l’obligation ?

Le Tribunal de Grande Instance de Pontoise

Quand le Maire de Soisy essaye de faire taire LeSoiseen.info

Mécontent de notre article du 15 mars 2019, et plutôt que de répondre sur le fond, Monsieur Strehaiano tente de détourner l’attention. Afin de nous faire peur et d’éviter que nous sortions d’autres articles sur sa gestion des deniers publics, il a décidé de porter plainte en diffamation contre nous. C’est ainsi que lors du Conseil municipal de Soisy du 23 mai 2019, il a demandé à faire voter par son Conseil municipal, une protection fonctionnelle. En clair, il souhaite que la ville finance l’ensemble de ses frais de procédure et d’avocats qui seront engagés. Des sommes qui peuvent vite monter à plusieurs milliers d’euros, voire bien plus. Attaquer en diffamation un article dénonçant le gaspillage d’argent public et continuer à le gaspiller en procédures judiciaires inutiles, il y a la comme une petite contradiction. Mais la ou les choses se compliquent c’est que Monsieur Strehaiano dit nous attaquer en diffamation non pas pour avoir propagé de fausses informations dans le cadre de nos révélations, non, il attaque nos “commentaires sur des faits“. Nous n’aurions donc pas le droit de parler de faits, preuves à l’appuie, et de les commenter. Une façon de tenter de limiter notre liberté d’expression.

Malgré ses 24 années de mandats de Maire, Monsieur Strehaiano ne savait visiblement pas, lors du Conseil municipal du 23 mai 2019, qu’il n’avait non seulement pas le droit d’assister à la discussion concernant sa demande de protection fonctionnelle, mais aussi qu’il ne pouvait pas la voter. Une telle présence est en effet assimilable à une prise illégale d’intérêts. Au final, il aura pourtant fait les deux. C’est ainsi que juste après ce Conseil municipal, il a reçu un recours gracieux de notre part demandant l’annulation du vote de cette délibération illégale. Recours qu’il a été obligé d’accepter. Mais le 27 juin 2019, il revient à la charge en redemandant à son Conseil municipal de voter cette délibération, cette fois sans assister aux discussion et au vote. Un nouveau recours gracieux est en préparation afin de contester cette délibération dès lors que Monsieur Strehaiano ne peut faire supporter sur les deniers publics une affaire qui concerne des faits pouvant être qualifiés de détournements de fonds publics et donc assimilable à une faute personnelle détachable de sa fonction de Maire.

L’attaque en diffamation est assez couramment utilisée de la part de politiques envers des citoyens et médias dérangeants. Elle a plusieurs objectifs. D’abord celui de s’attaquer au porte monnaie des personnes visées. L’élu disposant d’une protection fonctionnelle payée par la ville, la personne attaquée elle doit supporter ses frais de procédure avec son propre argent. Aussi, c’est une façon de donner un signal à la personne attaquée : vous allez arrêter de m’embêter et d’écrire sur moi sinon je vous attaquerai systématiquement en diffamation jusqu’à vous épuiser. Un des autres objectif est bien sûr de détourner l’attention et d’éviter de parler du fond de ce qui est reproché à l’élu. Enfin, il faut savoir que lorsque vous êtes attaqué en diffamation, vous êtes automatiquement mis en examen, quel que soit votre degré d’innocence, et cela dans l’attente de l’audience et du jugement. Il n’est ainsi par rare de voir des élus utiliser et communiquer sur une telle mise en examen pour tenter de décrédibiliser des journalistes ou des citoyens, et cela alors même que cela ne préjuge en rien du résultat final de la procédure. Et que, contrairement à d’autres affaires pénales ou la mise en examen est liée au degré de culpabilité supposée au regard des pièces à disposition du juge, celle en diffamation est au contraire automatique.

Monsieur Strehaiano est habitué à attaquer des Soiséens ou des journalistes en diffamation. Il a par exemple tenté de faire taire la conseillère municipale d’opposition Laura Bérot, en 2015, en l’attaquant en diffamation pour un article de presse dans le journal “L’Echo le régional” paru en mars 2015. Monsieur Strehaiano n’a pas seulement attaqué Madame Bérot, il a aussi attaqué le journaliste auteur de l’article ainsi que le directeur de la publication du journal. Tous les trois ont alors automatiquement été mis en examen comme le prévoit la procédure. Ce qui ne les a pas empêché de gagner au final dans le jugement de première instance. Pas content de la décision du Tribunal, Monsieur Strehaiano fera appel avant de reperdre une seconde fois et de façon définitive. Pourquoi tout ce déchaînement de la part du Maire ? Madame Bérot avait simplement dit dans un article de presse qu’il y avait des affaires à sortir sur la commune de Soisy, notamment celle liée à la société Bygmalion. Ce qui est un fait avéré et connu désormais de tous, mais que Monsieur Strehaiano souhaitait visiblement à l’époque camoufler aux Soiséens…

Si l’on peut comprendre l’embarras du Maire de Soisy quant à nos révélations, il doit savoir que non seulement sa procédure en diffamation engagée à notre encontre ne nous fera pas taire, et cet article vient le lui signifier, mais qu’en plus d’autres révélations vont continuer à être diffusées afin d’informer le plus largement possible les Soiséennes et les Soiséens sur l’utilisation de leur argent. Il s’agit pour nous de diffuser des informations d’intérêt général afin d’éclairer un maximum d’habitants sur la gestion municipale de leurs élus.

Les prochaines élections municipales de Soisy-sous-Montmorency se dérouleront les 15 et 22 mars 2020

Vers une nécessaire suppression du compte frais de représentation du maire en 2020 ?

Nous l’avons vu, l’actuel compte de frais de représentation du Maire contient des dépenses bien éloignées de l’objectif initialement affiché, celui de supporter des frais exclusivement destinés au mandat de Maire. Soisy, ville de 18.000 habitants, débourse déjà plus de 2000 euros d’indemnités par mois à son Maire. Ce dernier touche également d’autres indemnités grâce à ses nombreux cumuls de mandats et fonctions locales. Ce qui lui permet de toucher un total de près de 6500 euros par mois. Une somme largement suffisante pour pouvoir supporter des frais de représentation, ce qui est d’ailleurs le but initial des indemnités de fonction d’élus. Il n’y a aujourd’hui plus aucune raison de maintenir le compte frais de représentation du Maire d’un montant de 6000€ par an au regard de nos nouvelles révélations. Cette suppression n’est malheureusement pas prévue à l’ordre du jour par l’équipe municipale qui semble fermer les yeux sur ces pratiques. Il faudra attendre les prochaines élections municipales, les 15 et 22 mars 2020, pour espérer peut être voir ce compte supprimer en cas de changement de majorité.

La politique ça n’est pas se servir, c’est servir la collectivité et l’intérêt général. Avec cette nouvelle enquête, nous tentons de le rappeler au Maire de Soisy-sous-Montmorency et aux membres de sa majorité municipale. Mais plus qu’un rappel à des règles de bon sens, nous demandons à Monsieur Strehaiano de rembourser les dépenses privées qu’il a effectué avec l’argent des Soiséens.

Commentaires

Commentaires

Me suivre

Omar Bekare

Rédacteur en chef chez LeSoiseen.info
Soiséen depuis 30 ans, je me suis toujours intéressé à la vie municipale. Citoyen vigilant, sans étiquette politique, membre de l'association ANTICOR et référent départemental pour le Val-d'Oise, je suis à l'origine du dépôt de plainte de l'Association de Défense des Contribuables de Soisy qui vise Luc Strehaiano. Lassé de recevoir la propagande municipale, j'ai décidé de créer LeSoiseen.info, un nouveau média libre et indépendant pour vous apporter une réelle source d'informations à Soisy.
Me suivre
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Marre de lire la propagande municipale? LeSoiseen.info est votre nouvelle source d'informations locales, totalement libre et indépendante à Soisy-sous-Montmorency.

Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Pour exercer ce droit, envoyez nous un mail via la barre d'accueil.

Copyright © 2018 LeSoiseen.info - Site déclaré à la CNIL.

Début
Inline
Please enter easy facebook like box shortcode from settings > Easy Fcebook Likebox
Inline
Please enter easy facebook like box shortcode from settings > Easy Fcebook Likebox